Werkeingaben >

LES NUITS DU COUVRE-FEU/AUSGANGSSPERRE

Pendant le confinement, j’ai arpenté les rues de mon quartier pour photographier juste avant le couvre-feu. Les arbres et la force expressive du printemps ont lancé des appels au milieu des fragrances. D’instinct, je suis partie à la recherche de la vie au milieu de la nuit, de sa plénitude – et non du vide, de l’absence, de l’inhabité. Bien plus qu'un décor, les arbres nous parlent et nous disent que nous appartenons au même règne. Passant de l’hiver au printemps, de l’ombre à la lumière, du bourgeon à la fleur, les arbres expriment un jaillissement, une douce explosion. Le contraste entre l’obscurité du ciel et les couleurs intenses de la végétation, illuminée par les lampadaires, brouille la limite du jour et et de la nuit. Il ajoute une touche d’irréel. Certains paysages ressemblent à des paysages sous-marins – comme si le ciel communiquait avec les fonds des mers. Une telle pensée n’est pas interdite en ces temps bousculés, car, comme dit Michaux, la nuit remue …

2020
Catherine Gfeller


Zum Vergrössern klicken

Kunstwerk(e)

LES NUITS DU COUVRE-FEU / AUSGANGSSPERRE (2020)
Catherine Gfeller
Foto
Pendant le confinement, j’ai arpenté les rues de mon quartier pour photographier juste avant le couvre-feu. Les arbres et la force expressive du printemps ont lancé des appels au milieu des fragrances. D’instinct, je suis partie à la recherche de la vie au milieu de la nuit, de sa plénitude – et non du vide, de l’absence, de l’inhabité. Bien plus qu'un décor, les arbres nous parlent et nous disent que nous appartenons au même règne. Passant de l’hiver au printemps, de l’ombre à la lumière, du bourgeon à la fleur, les arbres expriment un jaillissement, une douce explosion. Le contraste entre l’obscurité du ciel et les couleurs intenses de la végétation, illuminée par les lampadaires, brouille la limite du jour et et de la nuit. Il ajoute une touche d’irréel. Certains paysages ressemblent à des paysages sous-marins – comme si le ciel communiquait avec les fonds des mers. Une telle pensée n’est pas interdite en ces temps bousculés, car, comme dit Michaux, la nuit remue …
ARCHIVAL PHOTOGRAPHIC PRINT
ARCHIVAL PRINT ON HANEMUHLE PAPER
90 X 120 CM

Zum Vergrössern klicken
LES NUITS DU COUVRE-FEU/AUSGANGSSPERRE (2020)
Catherine Gfeller
Foto
Pendant le confinement, j’ai arpenté les rues de mon quartier pour photographier juste avant le couvre-feu. Les arbres et la force expressive du printemps ont lancé des appels au milieu des fragrances. D’instinct, je suis partie à la recherche de la vie au milieu de la nuit, de sa plénitude – et non du vide, de l’absence, de l’inhabité. Bien plus qu'un décor, les arbres nous parlent et nous disent que nous appartenons au même règne. Passant de l’hiver au printemps, de l’ombre à la lumière, du bourgeon à la fleur, les arbres expriment un jaillissement, une douce explosion. Le contraste entre l’obscurité du ciel et les couleurs intenses de la végétation, illuminée par les lampadaires, brouille la limite du jour et et de la nuit. Il ajoute une touche d’irréel. Certains paysages ressemblent à des paysages sous-marins – comme si le ciel communiquait avec les fonds des mers. Une telle pensée n’est pas interdite en ces temps bousculés, car, comme dit Michaux, la nuit remue …
ARCHIVAL PHOTOGRAPHIC PRINT
ARCHIVAL PRINT ON HANEMUHLE PAPER
90 X 120 CM

Zum Vergrössern klicken
LES NUITS DU COUVRE-FEU/AUSGANGSSPERRE (2020)
Catherine Gfeller
Foto
Pendant le confinement, j’ai arpenté les rues de mon quartier pour photographier juste avant le couvre-feu. Les arbres et la force expressive du printemps ont lancé des appels au milieu des fragrances. D’instinct, je suis partie à la recherche de la vie au milieu de la nuit, de sa plénitude – et non du vide, de l’absence, de l’inhabité. Bien plus qu'un décor, les arbres nous parlent et nous disent que nous appartenons au même règne. Passant de l’hiver au printemps, de l’ombre à la lumière, du bourgeon à la fleur, les arbres expriment un jaillissement, une douce explosion. Le contraste entre l’obscurité du ciel et les couleurs intenses de la végétation, illuminée par les lampadaires, brouille la limite du jour et et de la nuit. Il ajoute une touche d’irréel. Certains paysages ressemblent à des paysages sous-marins – comme si le ciel communiquait avec les fonds des mers. Une telle pensée n’est pas interdite en ces temps bousculés, car, comme dit Michaux, la nuit remue …
ARCHIVAL PHOTOGRAPHIC PRINT
ARCHIVAL PRINT ON HANEMUHLE PAPER
90 x 120 cm

Zum Vergrössern klicken

© 2020 Visarte Schweiz und die zukunft kuratieren | AGB | corona-call@visarte.ch